Advocacy

COVID-19 et droits des enfants des rues : le droit à une alimentation adéquate

Publié 05/07/2020 Par CSC Staff

introduction

Allons-nous mourir de faim au lieu du coronavirus ? Une question bien réelle que se posent les enfants des rues et les jeunes sans-abri du monde entier. Ils ne sont peut-être pas parmi les plus vulnérables à tomber malades du virus, mais ils sont exposés à un risque sans précédent de dénutrition et de malnutrition, ce qui les rend de plus en plus vulnérables aux complications de santé, voire à la mort. L'accès à une nourriture adéquate et nutritive est devenu un luxe rare pour eux – pourtant c'est un droit humain fondamental ; quelque chose que les gouvernements ont l'obligation légale de protéger et de promouvoir, en particulier en période de pandémie.

Cependant, pendant la pandémie de COVID-19, dans le contexte de restrictions de mouvement de grande envergure, que signifie ce droit pour les enfants de la rue et les jeunes sans-abri ? Que peuvent faire les membres du réseau du SCC, qui travaillent quotidiennement et souvent directement avec ces enfants et jeunes sans-abri branchés sur la rue? Comment les organisations peuvent-elles défendre la protection de ce droit auprès de leurs gouvernements ?

Dans cette note, nous expliquons les différentes manières dont la pandémie de COVID-19 affecte les enfants de la rue et les jeunes sans-abri en termes d'accès à la nourriture, et ce que les organisations peuvent demander aux gouvernements pour garantir qu'ils puissent jouir de leur droit à une alimentation adéquate. . Une section contenant des informations supplémentaires expliquant ce qu'est le droit à l'alimentation et quelles sont les obligations du gouvernement se trouve à la fin.

Pendant une pandémie, préserver, protéger et promouvoir le droit de l'enfant à une alimentation adéquate est et doit être une priorité pour tous. Sans une alimentation adéquate, les enfants courent un risque accru de tomber malade et, dans le pire des cas, de mourir de faim.

Comment les enfants de la rue et les jeunes sans-abri sont-ils touchés ?

Avec les populations de la plupart des villes du monde confinées à l'intérieur et les personnes au salaire journalier incapables de travailler, de nombreux enfants et leurs familles ont perdu leurs moyens de subsistance. En conséquence, les membres du réseau CSC dans plusieurs pays (dont le Kenya, le Nigéria, la Tanzanie, l'Ouganda, le Bangladesh, l'Inde, le Pakistan, les Philippines et le Sri Lanka) signalent que les enfants ont du mal à trouver de quoi manger. Par exemple, Safe Society en Inde rapporte que non seulement les stocks alimentaires des familles qui dépendent du salaire journalier s'épuisent, mais que les prix des denrées alimentaires augmentent également rapidement, ce qui rend la nourriture encore plus inaccessible pour les personnes en situation de pauvreté. Au Kenya, un garçon s'adressant à Glad's House, membre du réseau CSC, a décrit ce que le couvre-feu signifie pour lui : « Maintenant qu'on nous dit que personne ne sera autorisé à se promener dans les rues à partir de 19 heures, cela signifie-t-il que nous allons mourir de faim ? au lieu de la couronne ? »

De nombreux enfants de la rue et leurs familles dépendent quotidiennement de l'argent gagné grâce aux activités menées dans la rue, ce qui signifie que leurs revenus déjà minimes sont réduits à des niveaux dangereusement bas lorsque la plupart des gens sont à l'intérieur. À titre d'exemple, le comité Grambangla Unnayan, membre du réseau CSC, a attiré l'attention sur la situation des enfants qui vivent au terminal de transport par eau de Barisal, au Bangladesh. Ces enfants dépendent de la vente d'eau du robinet aux passagers pour leur revenu, complétée par la nourriture donnée par les voyageurs. Comme personne ne se déplace dans le terminal, ces sources de nourriture et de revenus pour acheter de la nourriture sont complètement perdues.

Lors d'appels régionaux avec les membres du réseau CSC en Afrique de l'Ouest, en Afrique de l'Est, centrale et australe, en Asie du Sud et du Sud-Est, de nombreuses organisations ont soulevé les mêmes préoccupations sérieuses concernant le manque d'accès à la nourriture parmi les enfants avec lesquels elles travaillent. Un membre du réseau au Ghana a décrit comment le manque d'approvisionnement adéquat signifiait que la faim était à bien des égards une préoccupation plus urgente que le COVID-19.

La difficulté d'accès à la nourriture a été aggravée par le fait que de nombreux services non gouvernementaux sont contraints de fermer leurs portes, d'arrêter le travail de proximité dans les rues ou de réduire leurs heures pour se conformer aux restrictions et protéger leur personnel et leurs usagers [i] . D'autres systèmes de soutien ont également été coupés. Les partenaires du CSC en Tanzanie, par exemple, avertissent que lorsque les écoles sont fermées, les enfants et les familles en situation de rue perdent leur principal accès aux repas quotidiens gratuits, ce qui peut les pousser à retourner dans la rue pour trouver des sources de revenus et de nourriture. Dans certains cas, des entreprises privées qui donnaient auparavant de la nourriture ont brusquement cessé leurs dons. Selon StreetInvest, membre du réseau CSC, par exemple, à Mombasa, un service de repas quotidien pour les enfants de la rue, fourni par une entreprise locale, a été suspendu sans avertissement, laissant les enfants affamés et sans autre option pour se nourrir.

Dans le même temps, lorsque cela était possible, des organisations, en collaboration avec les autorités gouvernementales, ont intensifié la fourniture de secours alimentaires. Cependant, même lorsque l'aide alimentaire est fournie, elle n'atteint pas les familles assez rapidement ou en quantité suffisante, selon la Fondation Virlanie aux Philippines. Ils ont souligné que les paquets de riz de 2 ou 3 kg qui sont distribués ne permettront de nourrir une famille avec plusieurs enfants que pendant quelques jours. Les problèmes d'accès à la nourriture et aux interventions de secours d'urgence sont encore exacerbés par d'autres défis liés à la vie dans des situations précaires. À Manille, la Fondation Virlanie a distribué de la nourriture à des familles en difficulté vivant dans des logements informels avant que deux incendies ne ravagent la région en l'espace d'une semaine, détruisant leurs maisons ainsi que les vivres.

Un membre du réseau CSC à Delhi, en Inde, a signalé que le gouvernement y distribue de la nourriture, mais n'est pas en mesure d'accéder aux centres des bidonvilles, ce qui signifie que de nombreuses personnes parmi les plus vulnérables sont laissées pour compte. Ailleurs, les problèmes d'accès à la nourriture pourraient être évités si les transferts monétaires destinés à soutenir les personnes vulnérables parvenaient aux personnes les plus pauvres.

Dans la pratique, dans de nombreux endroits, l'aide d'urgence est liée à des adresses ou à des documents d'identité officiels que les personnes vivant dans la rue n'ont souvent pas, ou à l'inscription à des programmes gouvernementaux existants. En Inde en particulier, les membres du réseau CSC signalent qu'un système de cartes de rationnement a été mis en place pour permettre l'accès à la nourriture, mais les cartes de rationnement ne sont disponibles que pour ceux qui ont des numéros Aadhaar (identité nationale) et des comptes bancaires. En conséquence, ceux qui luttent le plus n'ont toujours pas les moyens d'acheter de la nourriture et d'autres produits de première nécessité. Selon les membres du CSC, les enfants des communautés de migrants en Inde sont également particulièrement menacés, car l'incapacité de fournir des documents légaux les empêche d'accéder aux programmes d'urgence des gouvernements. D'autres membres du réseau CSC soulignent des problèmes similaires. Par exemple, au Pakistan, le gouvernement a fourni aux personnes vivant en dessous du seuil de pauvreté une aide financière de trois mois de 12 000 PKR/- par personne. Cependant, pour accéder au programme, une personne doit avoir une carte d'identité informatisée (CNIC), que la plupart des enfants de la rue et leurs familles n'auront pas.

Que demander ou demander à votre gouvernement ?

Les gouvernements du monde entier font face à l'urgence alimentaire en soutenant les populations les plus vulnérables avec des initiatives d'aide économique et alimentaire. Voici quelques exemples de bonnes pratiques des gouvernements ciblant les enfants vulnérables :

  • Le gouvernement de Côte d'Ivoire a annoncé la création du Fonds Spécial de Solidarité COVID-19, un fonds spécial de solidarité pour soutenir les populations vulnérables pendant l'urgence COVID-19. Le gouvernement a inclus les enfants en situation de rue parmi les bénéficiaires du fonds. [ii] L'UNICEF, qui a récemment fait don de matériel alimentaire et non alimentaire au ministère ivoirien de la Femme, de la Famille et de l'Enfant en soutien aux enfants vulnérables pendant la pandémie, soutiendra également le programme spécial de protection du ministère pour les enfants des rues avec 64,2 FCFA millions de financement. [iii]
  • Le gouvernement écossais a fourni aux autorités locales 30 millions de livres sterling du Scottish Government Food Fund pour soutenir les enfants et les familles incapables d'accéder à la nourriture en raison de COVID-19 et en particulier pendant les fermetures d'écoles. [iv]

Cependant, il s'agit d'initiatives isolées. Une écrasante majorité de la population mondiale d'enfants et de jeunes en situation de rue est exclue des politiques de protection spéciale et des secours d'urgence des gouvernements. Dans la plupart des cas, les autorités locales n'ont pas enregistré ces enfants et leurs familles dans les registres publics. Même lorsque les enfants sont enregistrés auprès des autorités locales, ils sont souvent incapables de prouver leur identité. L'absence d'enregistrement des naissances et d'autres documents d'identité rend ces enfants juridiquement invisibles et exclus des programmes de protection sociale, y compris les secours d'urgence.

Les recommandations suivantes vous donnent des exemples de ce que vous pouvez demander à vos gouvernements de faire pour s'assurer que les enfants et les jeunes sans-abri en situation de rue puissent jouir de leur droit à l'alimentation :

  • Allouer rapidement le maximum de ressources disponibles pour atténuer la faim des enfants grâce à des programmes d'aide alimentaire et financière. Rappelez à votre gouvernement que cela inclut non seulement le budget public, mais aussi le financement international et le secteur privé.
  • Veiller à ce que chacun bénéficie d'un accès égal à une alimentation adéquate sans discrimination . Rappelez à votre gouvernement de donner la priorité aux interventions qui ciblent les populations les plus vulnérables, y compris les enfants des rues et les jeunes sans-abri dans leur planification des secours d'urgence.
  • Permettre aux enfants de la rue, aux jeunes sans-abri et à leurs familles d'accéder à l'aide alimentaire sans avoir à prouver leur identité, leur adresse ou leur inscription aux programmes gouvernementaux. L'accès aux services de protection sociale ne devrait pas dépendre de la capacité de fournir des documents d'identité ou d'avoir une adresse permanente. Suggérez à votre gouvernement d'adopter des solutions innovantes et temporaires telles que la fourniture aux enfants de cartes d'identité informelles liées à l'adresse ou au personnel de votre organisation.
  • S'abstenir de punir les enfants qui descendent dans la rue pour trouver de la nourriture ou gagner de l'argent pour acheter de la nourriture. Le comportement de survie ne doit jamais être criminalisé.
  • Collaborez avec les ONG pour identifier les groupes de population qui ont le plus besoin de secours alimentaires et travaillez ensemble pour vous assurer que les colis de secours alimentaires parviennent à ces groupes en quantités adéquates.
  • Reconnaître les travailleurs de proximité des ONG qui fournissent une aide alimentaire aux enfants de la rue et aux jeunes sans-abri et à leurs familles comme des travailleurs essentiels. Encouragez votre gouvernement à fournir à ces travailleurs de proximité un certificat qui empêchera l'ingérence des autorités lorsqu'ils sont présents dans les rues et dans les communautés, même pendant les fermetures.

Pourquoi mon gouvernement devrait-il écouter ces recommandations et les mettre en œuvre ?

Le droit à une alimentation adéquate est un droit fondamental que chacun possède, y compris les enfants des rues et les jeunes sans-abri. Il est largement reconnu en droit international comme faisant partie du droit à un niveau de vie suffisant. [v] [vi] Le Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels reconnaît également explicitement le fait d'être à l' abri de la faim comme un droit fondamental et oblige les États à prendre des mesures pour améliorer la production, la conservation et la distribution de nourriture. [v]

La Convention relative aux droits de l'enfant reconnaît explicitement la nécessité de lutter contre la malnutrition afin de réaliser le droit à la santé. [viii] Le Comité des droits de l'enfant a expliqué que dans le cadre du droit à la santé, les gouvernements doivent garantir l'accès à une alimentation nutritionnellement adéquate, culturellement appropriée et sûre, et lutter contre la malnutrition. [ix]

La notion d'alimentation adéquate va bien au-delà de l'idée d'être à l'abri de la faim ou d'un apport quotidien minimum de calories, de protéines ou de vitamines, dont tout le monde devrait certainement profiter. Le terme adéquat , lorsque nous parlons du droit à une alimentation adéquate, signifie que l' alimentation doit être la plus appropriée en fonction des circonstances économiques, sociales, culturelles et environnementales dans lesquelles vit cette personne . Par exemple, le poisson peut être bon et nutritif pour un enfant, car c'est une excellente source de protéines et d'oméga3. Cependant, s'il est pêché dans des eaux fortement contaminées, il est toxique et dangereux pour la santé humaine. Ou l'enfant peut vivre dans une famille qui n'a pas les moyens d'acheter du poisson. Enfin, l'enfant peut observer une religion qui s'engage à suivre un régime végétarien. Tous ces facteurs doivent être pris en compte pour déterminer si la nourriture disponible pour un enfant est également adéquate.

Le Comité des droits économiques, sociaux et culturels a expliqué que le droit à une alimentation adéquate comporte deux éléments fondamentaux : [x]

  • La disponibilité d'aliments en quantité et en qualité suffisantes pour répondre aux besoins alimentaires des individus, exempts de substances nocives et acceptables dans une culture donnée ;
  • L' accessibilité de ces aliments de manière durable et qui n'interfère pas avec la jouissance d'autres droits humains.

Qu'est-ce que ça veut vraiment dire? Compte tenu de la disponibilité, cela signifie non seulement que suffisamment de nourriture doit être disponible pour une personne soit directement (par exemple en cultivant la terre) soit indirectement (par exemple en l'achetant). Il doit également : [xi]

  • Répondre aux besoins alimentaires des individus : cela signifie que l'aliment doit contenir un mélange de nutriments nécessaires à la croissance et au développement physique et mental à toutes les étapes de la vie. Il doit tenir compte de l'âge et du sexe, et donc répondre aux besoins alimentaires spécifiques des enfants pour leur croissance et leur développement.
  • Être exempt de substances nocives : cela signifie que des exigences et des mesures de protection doivent être mises en place par les gouvernements pour garantir la sécurité de tous les aliments disponibles.
  • Être culturellement acceptable : cela signifie que la nourriture à laquelle une personne a accès n'est pas contraire à ses croyances religieuses, culturelles ou philosophiques.

L' élément d'accessibilité ajoute ensuite que les aliments décrits ci-dessus doivent également être financièrement et physiquement accessibles à tous : [xii]

  • L'accessibilité financière signifie non seulement qu'une personne est en mesure d'acheter des aliments qui répondent à ses besoins alimentaires, sont sûrs et culturellement acceptables, mais aussi que le coût d'accès à ces aliments ne menace pas la capacité d'une personne à satisfaire ses autres besoins fondamentaux, tels que comme abri et médicaments essentiels.
  • L'accessibilité physique signifie que chacun peut accéder à des aliments qui répondent à ses besoins alimentaires, qui sont sûrs et culturellement acceptables, quels que soient les obstacles physiques pouvant exister en raison, par exemple, de l'âge, d'un handicap ou de catastrophes naturelles ou autres.

Quelles obligations légales mon gouvernement a-t-il pour faire respecter le droit à une alimentation adéquate pendant une pandémie ?

Comme pour les autres droits économiques, sociaux et culturels, il faut du temps et des ressources aux gouvernements pour réaliser pleinement le droit à une alimentation adéquate pour tous.

Il existe cependant une obligation fondamentale minimale que les gouvernements doivent respecter immédiatement, en vertu du droit à une alimentation adéquate. Il s'agit de s'assurer que chacun dispose, au minimum, d'un minimum d'aliments essentiels adéquats, nutritifs et sûrs pour être à l'abri de la faim. [xiii] Les gouvernements ne peuvent jamais échapper à cette obligation d'atténuer ou de soulager la faim, même en cas de catastrophe naturelle ou autre. [xiv] Le Comité des Nations Unies sur les droits économiques, sociaux et culturels a fait remarquer qu'il est toujours de la responsabilité du gouvernement de prouver qu'il a fait tout ce qu'il peut au maximum de ses ressources pour garantir que ce niveau minimum de nutrition est atteint pour tous. [xv]

De plus, même si les gouvernements ne sont pas tenus de concrétiser pleinement et immédiatement le droit à une alimentation adéquate et nutritive pour tous, ils s'engagent néanmoins à prendre des mesures continues et ininterrompues en vue de sa réalisation progressive. [xvi] Le Comité des droits de l'enfant a expliqué que ces obligations doivent être interprétées comme signifiant que les gouvernements doivent utiliser toutes les ressources disponibles, y compris la coopération internationale, pour réaliser le droit de l'enfant à une alimentation adéquate aussi rapidement que possible. [xvii]

À l'instar d'autres droits de l'homme concernant la sphère économique, culturelle et sociale, les obligations découlant du droit à une alimentation adéquate peuvent être divisées en trois catégories principales à respecter, protéger et réaliser : [xviii]

  • Une obligation de la respecter , qui oblige les gouvernements à s'abstenir d'activités ayant pour effet d'empêcher quiconque d'accéder à une alimentation adéquate ;
  • Une obligation de le protéger , qui oblige les gouvernements à veiller à ce que d'autres parties, telles que des entreprises ou des particuliers, ne privent personne de son accès à une alimentation adéquate ;
  • Une obligation de le remplir , qui engage les gouvernements à promouvoir, faciliter et améliorer l'égalité d'accès à une nourriture adéquate et aux moyens de se procurer de la nourriture.

Le droit à une alimentation adéquate impose également aux gouvernements une obligation spéciale de fournir directement un accès à la nourriture aux individus et aux groupes qui, pour des raisons indépendantes de leur volonté, ne peuvent pas accéder à une alimentation adéquate par leurs propres moyens. [xix] Spécifique aux enfants, la Convention relative aux droits de l'enfant impose aux gouvernements l'obligation de prendre les mesures appropriées pour aider les parents et les autres personnes responsables de l'enfant à réaliser le droit à un niveau de vie adéquat de l'enfant et à fournir, le cas échéant, des programmes d'assistance matérielle et de soutien, notamment en matière de nutrition. Dans le cas d'enfants sans parents ni tuteurs directs, le Comité des droits de l'enfant de l'ONU a explicitement fait remarquer que par programmes d'assistance matérielle et de soutien en cas de besoin , la disposition signifie également une assistance fournie directement aux enfants. [xx]

En conclusion, la réalisation du droit à une alimentation adéquate pendant cette pandémie exige que les gouvernements accordent une attention particulière aux enfants des rues et aux jeunes sans-abri avec des interventions ciblées, et suppriment les obstacles à l'accès à la nourriture et aux interventions de secours alimentaire. En cette période d'urgence, les gouvernements sont donc appelés de toute urgence à collaborer avec les ONG et d'autres gouvernements pour identifier et répondre aux besoins spécifiques des enfants des rues et des jeunes sans-abri afin de garantir qu'ils puissent jouir de leur droit à une alimentation adéquate et à l'abri de la faim.

 

D'autres documents seront préparés pour soutenir les membres du réseau du SCC et d'autres organisations et individus intéressés. Veuillez nous contacter à l' adresse advocacy@streetchildren.org pour discuter de sujets pertinents pour votre travail sur lesquels vous aimeriez voir un article similaire. N'hésitez pas à utiliser l'adresse e-mail ci-dessus si vous avez besoin d'un soutien individualisé pour analyser les lois ou mesures adoptées par le gouvernement de votre pays en relation avec les réponses au COVID-19 qui peuvent ou ont déjà un impact sur les droits des enfants des rues.

[i] Kuhr, E., Pandémie de coronavirus – Une tempête parfaite pour les jeunes sans-abri LGBTQ , 5 avril 2020, disponible sur : https://www.nbcnews.com/feature/nbc-out/coronavirus-pandemic-perfect-storm- lgbtq-jeunes-sans-abri-n1176206

[ii] Côte d'Ivoire-AIP, Un fonds spécial de solidarité Covid-19 adopté en conseil des ministres, 15 avril 2020, disponible sur : https://aip.ci/cote-divoire-aip-un-fonds-special -de-solidarite-covid-19-adopte-en-conseil-des-ministres/

[iii] Côte d'Ivoire-AIP, Le dispositif de riposte du ministère de la femme, de la famille et de l'enfant renforcé par l'UNICEF , 23 avril 2020, disponible sur : https://aip.ci/cote -divoire-aip-le-dispositif-de-riposte-du-ministere-de-la-femme-de-la-famille-et-de-lenfant-renforce-par-lunicef/

[iv] Gouvernement écossais, Comité des droits de l'enfant des Nations Unies : Déclaration COVID-19, 5 mai 2020, extrait de : https://www.togetherscotland.org.uk/media/1514/scottishgovernment_childrens-rights_covid-19-response .pdf

[v] Pacte international des Nations Unies relatif aux droits économiques, sociaux et culturels, 16 décembre 1966, article 11.1, disponible sur : https://www.ohchr.org/EN/professionalinterest/pages/cescr.aspx

[vi] L'article 25 de la Déclaration universelle des droits de l'homme reconnaît également le droit à l'alimentation comme faisant partie du droit de toute personne à « un niveau de vie suffisant pour assurer sa santé et son bien-être et ceux de sa famille ». Voir Déclaration universelle des droits de l'homme, 10 décembre 1948, disponible sur : https://www.un.org/en/universal-declaration-human-rights/

[vii] Pacte international des Nations Unies relatif aux droits économiques, sociaux et culturels, 16 décembre 1966, article 11.

[viii] L'article 24.2 (c) de la Convention relative aux droits de l'enfant stipule que c'est une obligation fondamentale des États en vertu du droit à la santé de lutter contre la maladie et la malnutrition également par la fourniture d'aliments nutritifs.

[ix] Comité des droits de l'enfant des Nations Unies, Observation générale n° 15 (2013) sur le droit de l'enfant de jouir du meilleur état de santé susceptible d'être atteint (art. 24), par. 43, disponible sur : https://tbinternet.ohchr.org/_layouts/15/treatybodyexternal/Download.aspx?symbolno=CRC%2fC%2fGC%2f15&Lang=en

[x] Comité des droits économiques, sociaux et culturels des Nations Unies (CESCR), Observation générale n° 12 (1999) sur le droit à une alimentation adéquate (article 11), paragraphe 8, disponible sur : https://tbinternet.ohchr.org /_layouts/15/treatybodyexternal/Download.aspx?symbolno=E%2fC.12%2f1999%2f5&Lang=fr

[xi] Comité des Nations Unies sur les droits économiques, sociaux et culturels (CESCR), Observation générale n° 12 (1999), para 9-11.

[xii] Comité des droits économiques, sociaux et culturels des Nations Unies (CESCR), Observation générale n° 12 (1999) sur le droit à une alimentation adéquate (article 11), para. 13.

[xiii] Comité des droits économiques, sociaux et culturels des Nations Unies (CESCR), Observation générale n° 12 (1999) sur le droit à une alimentation adéquate (article 11), para. 6, 14 et 15.

[xiv] Comité des droits économiques, sociaux et culturels des Nations Unies (CESCR), Observation générale n° 12 (1999) sur le droit à une alimentation adéquate (article 11), para. 15.

[xv] Comité des droits économiques, sociaux et culturels des Nations Unies (CESCR), Observation générale n° 12 (1999) sur le droit à une alimentation adéquate (article 11), para. 17.

[xvi] Comité des droits économiques, sociaux et culturels des Nations Unies (CESCR), Observation générale n° 12 (1999) sur le droit à une alimentation adéquate (article 11), para. 16.

[xvii] Comité des droits de l'enfant des Nations Unies (CRC), Observation générale n° 21 (2017) : Children in Street Situations, Para 49, disponible sur : https://www.streetchildren.org/resources/general-comment -no-21-2017-sur-les-enfants-en-situation-de-rue/ .

[xviii] Comité des droits économiques, sociaux et culturels des Nations Unies (CESCR), Observation générale n° 12 (1999) sur le droit à une alimentation adéquate (article 11), para. 15.

[xix] Comité des droits économiques, sociaux et culturels des Nations Unies (CESCR), Observation générale n° 12 (1999) sur le droit à une alimentation adéquate (article 11), para. 15.

[xx] Comité des droits de l'enfant des Nations Unies (CRC), Observation générale n° 21 (2017) : Les enfants en situation de rue, para. 49.