Les circonstances familiales obligent les enfants à fuir leur foyer au Cameroun

Pays
Cameroon
Région
West Africa
La langue
English
Année de publication
2017
Auteur
Samuel Nambile Cumber, Joyce Mahlako Tsoka-Gwegweni, Rosaline Yumumkah Kanjo-Cumber
Organisation
Pas de données
Les sujets
Poverty Social connections / Family Street Work & Outreach
Résumé

Les antécédents familiaux jouent un rôle très important dans la vie des enfants. L'amour, le respect et l'attention accordés à un enfant à la maison influencent grandement son appartenance à cette maison. Connaître les conditions des enfants à la maison est impératif si nous voulons nous attaquer aux problèmes des enfants des rues au Cameroun. Cette étude visait à identifier et à évaluer les facteurs associés au phénomène des adolescents des rues en milieu urbain dans 3 villes du Cameroun en examinant les conditions familiales concernant la décision des enfants de fuir leur domicile. Cette étude transversale a été réalisée sur un échantillon non probabiliste de boule de neige de 399 enfants de la rue âgés de 12 à 17 ans, avec une sélection basée sur leurs critères de disponibilité et d'inclusion. Les données ont été collectées à travers l'administration interpersonnelle des questionnaires puis analysées par un calcul univarié et bivarié des fréquences ainsi que des tableaux croisés et du Khi-deux (à quel niveau de signification?). Après la collecte et le nettoyage des données, les données ont été capturées dans la feuille de calcul Microsoft Excel (2010) et importées dans le package statistique SPSS version 19 pour Windows (IBM Corp., Armonk, NY, États-Unis, pour analyse). Les résultats de l’étude ont montré que 75,2% des participants n’étaient pas en mesure de répondre à leurs besoins à la maison, en raison du mauvais statut de leurs parents / tuteurs, comme l’ont confirmé 84,5% d’entre eux. Il convient également de noter que 74,7% des participants ont déclaré ne pas avoir suffisamment de repas à la maison. De plus, 70% des participants vivaient avec des parents / tuteurs gênants tels que des ivrognes ou des personnes mentalement instables et, par conséquent, ils n'avaient ni respect ni affection pour eux. L’étude a conclu que les participants ont connu des conditions de vie défavorables, ce qui a contribué à leur départ ou à leur fuite de chez eux pour s’installer dans la rue. Le gouvernement camerounais devrait donc jouer un rôle majeur en aidant les enfants des rues à faire en sorte que leurs droits et leurs besoins fondamentaux soient satisfaits.

Discussion

Les utilisateurs peuvent discuter de ce rapport et faire des suggestions pour de futures mises à jour. Vous devez être connecté pour soumettre un commentaire.

Sans commentaires

Join the conversation and
become a member.

Become a Member